Une religion de paix et d'amour

Mi - 2014, il y avait 1,661 milliard de musulmans soit 20,9 % de la population mondiale. 
En France, les musulmans qui sont 4,7 millions, représentent 7,5 % de la population et en Belgique, les 700.000 musulmans estimés constituent 6 % de la population. 
Selon les démographes, en 2030, suite à une immigration soutenue et à un taux de fécondité élevé des musulmanes, la moyenne européenne devrait se situer aux environs de 8 %, mais en France et en Belgique elle devrait dépasser les 10 %.

Les croyants se partagent en trois branches principales :

  • le sunnisme rassemble environ 90 % des musulmans, -
  • le chiisme environ 10 %, 
  • l' ibadisme moins de 1 %.

Chacune de ces branches se divise en diverses sous-branches qu'il serait fastidieux d'énumérer.
Retenons cependant le wahhabisme qui est un mouvement politico-religieux saoudien. 
Pour ses adeptes, ce mouvement représente la revivification du salafisme dans la péninsule arabique. On estime que 15 à 20 millions de saoudiens sont salafistes ou wahhabites. 
La place politique du royaume de l'Arabie Saoudite dans le monde contemporain – monarchie islamique, dont le régime est wahhabite – et la mainmise sur l'accès aux villes saintes de la Mecque et Médine, en font l'un des pôles d'influence fondamentale de l'islam contemporain.

L'État islamique est un mouvement djihadiste et salafiste, particulièrement hostile aux chiites.
Son objectif est le rétablissement du califat des Abbassides. D'après certains chercheurs arabes, l'idéologie de l'État islamique est majoritairement Kharidjiste, une pratique puritaine de l'islam, à la morale rigoriste, condamnant le luxe. 
Sa tendance la plus radicale considère tous les autres musulmans comme des incroyants. 
Le Kharidjisme utilise des pratiques particulières : l'examen probatoire qui consiste à exiger de tout néophyte, comme gage de sa sincérité, d'égorger un adversaire prisonnier et qui autorise le meurtre religieux des hommes mais aussi des femmes et des enfants, fussent-ils impubères.

Les « Frères musulmans » est une association à caractère politique fondée en 1928 par Hassan el–Banna en Égypte. Déterminé à lutter contre « l'emprise laïque occidentale » et « l'imitation aveugle du modèle européen » : son but est de passer par la politique pour instaurer un régime fondé sur l'islam dans tous les pays où ils seraient implantés.

Le 15 novembre dernier, la Ligue des musulmans de Belgique, dont de nombreux Frères musulmans font partie, a été placée sur la liste des organisations terroristes par les Émirats arabes unis parmi 83 autres organisations dont l'État islamique, Al Qaïda et les organisations en Europe ou aux États-Unis considérées comme proches des Frères musulmans. 
Une incongruité de la liste émiratie est l'absence d’un groupe comme le Hamas (pourtant créé par trois Frères musulmans) et le Hezbollah.

Depuis les attentats de Paris en janvier, celui de Copenhague, et de Tunis, les médias (télévision, presse et Internet) ressassent les mêmes discours de représentants des communautés musulmanes qui nous répètent que les terroristes et les djihadistes ne sont pas de vrais musulmans et qu'ils ne représentent pas l'islam qui est une religion de paix et d'amour.  

Mais alors... qui sont ces musulmans qui pratiquent cette religion si fraternelle et respectueuse ?
Faut-il en exclure tous les groupes et mouvements terroristes tels l'État islamique (actuellement environ 30.000 hommes), Front Al–Nostra (de 3000 à 7000 hommes en Syrie), 
Aqpa (environ 1000 hommes dans la péninsule arabique), 
Chebab environ 1000 hommes en Somalie), 
Boko Haram (environ 8000 hommes au Nigéria), 
Aqmi (environ 1000 hommes au Maghreb islamique est en Algérie), 
Jund al-Khilafa (quelques dizaines d'hommes en Algérie) et Ansar al-Charia (pas d'estimation en Libye), 
Talibans et Al Qaïda (environ 36.000 hommes en Afghanistan et au Pakistan) 
ainsi que leurs complices, leurs sympathisants, leurs pourvoyeurs d'armes et de fonds... ?

Faut-il en exclure ceux qui refusent de reconnaître la Shoah et le génocide arménien ?

Faut-il en exclure les musulmans de tous les pays où la peine de mort est toujours d'application tels le Pakistan, le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Jordanie, l'Algérie,... ? 
On constate qu'aucun pays musulman n'a voté la résolution 2005-59 du 20 avril 2005 proposée par la Commission des Droits de l'Homme des Nations unies.

Faut-il en exclure les musulmans de tous les pays où la charia fait loi, où châtiments corporels, mutilations, amputations, lapidations et décapitations publiques sont monnaies courantes, pays dans lesquels les condamnés n'ont droit à aucun procès équitable et sont exécutés sans pouvoir se faire entendre, parfois pour les motifs les plus futiles comme d'avoir porté un vêtement de couleur ?

Faut-il en exclure les musulmans qui pratiquent l'excision, le mariage forcé (parfois de gamines pré-pubères qui doivent épouser des hommes cinq à six fois plus âgés qu'elles), les crimes d'honneur,  la polygamie,... ?

Faut-il en exclure les 800 millions de musulmans qui considèrent que la femme est inférieure à l'homme (et qui la maltraitent parfois) ?

L'Islam, de tous temps, a été une religion conquérante et elle reste aujourd'hui une religion conquérante. Son but ultime est de conquérir la planète entière et d'y imposer sa loi : la charia.

Il faut quand même remarquer que c'est au nom du même dieu « Allah » et du même livre le « Coran » qu'ils s'entretuent et qu'ils s'égorgent allègrement.
Mais quant à dire que les musulmans sont les principales victimes des musulmans, c'est ignorer l'histoire et les massacres perpétrés au nom de l'islam lors de son expansion. Massacres qui hélas se perpétuent encore aujourd'hui et que les protagonistes radicaux de la charia ont bien l'intention de poursuivre.
Né en Arabie, l'Islam s'est étendu par la guerre à la Perse dès 636, puis vers l'Irak, l'Iran, la Haute Mésopotamie ; à l'ouest vers la Syrie, la Palestine et l'Égypte. 
L'Islam pénètre le monde chrétien et gréco-romain peu après la mort du prophète Mahomet, et l'expansion continue, jusqu'en Afrique du Nord à la fin du septième siècle et jusqu'aux côtes espagnoles au début du huitième siècle.
En 712, ses armées franchissent le détroit de Gibraltar et conquièrent l'Espagne. Elles sont arrêtées à Poitiers en 732 par les troupes de Charles Martel.

Entre 1000 et 1525, lors de l'invasion de l'Afghanistan, la région de l'Inde appelée l'Hindi Kouch vit la totalité de sa population massacrée par les envahisseurs musulmans, qui firent alors entre 50 et 80 millions de victimes hindoues.
Par la suite, l'Islam s’étendra vers le Niger, le Mali, le Tchad et jusqu'en Côte d'Ivoire ou au Nigéria où l'opposition entre les populations musulmanes dans le nord du pays et les populations chrétiennes du Sud alimentent une instabilité permanente qui peut aller jusqu'au conflit armé à l'échelle nationale.

Le djihad, (ou guerre sainte contre les non-musulmans) est arrivé en Afrique.
En octobre 2006, confrontations entre chrétiens et musulmans dans l'ouest de l'Éthiopie.
En 1992, une fatwa lancée depuis le Soudan par les principaux imams de la capitale Khartoum, stipulait qu'un non-musulman est un non-croyant qui s'oppose à l'expansion de l'islam et cet islam garantit l'impunité. 
Actuellement sévit le viol de fillettes ou de femmes adultes, leur capture pour servir d'esclave, l'assassinat direct de milliers de personnes en raison de leurs croyances religieuses. 

À ce jour plus de 2 millions de chrétiens ont été assassinés par les troupes pro-islamistes.

La diffusion de l'islam hors du monde arabo-musulman traditionnel s'explique en partie par la croissance des flux migratoires à partir des pays de religion et de culture  musulmanes. C'est le cas dans les pays occidentaux où l'immigration de populations musulmanes s'est développée depuis les années 1950. 

Pour les intégristes, tous les prétextes sont bons pour s'en prendre aux autres religions, massacrant leurs adeptes et saccageant leurs lieux de culte. Il n'est que de voir les réactions violentes exercées à l'encontre des « infidèles, mécréants, croisés » lors de la publication de caricatures de leur prophète Mahomet. 
Ils ne comprennent pas que les dessinateurs de Charlie Hebdo étaient tout saufs des religieux.

Alors, l'Islam est-elle une religion de paix et d'amour comme voudrait nous le faire croire la plupart de ses représentants ? 
À vous d'en juger et de nous faire part de vos commentaires.

Extraits du témoignage bouleversant de Jeannette Bougrab, compagne de Charb.

« Il faut arrêter la langue de bois : tous ceux qui défendent la laïcité sont accusés d'islamophobie ou de racisme... par des mouvements de gauche. Je les tiens pour responsables.
Charb est mort debout. Il est mort pour avoir défendu nos libertés contre les fondamentalismes, pour la laïcité. J'ai le sentiment d'un immense chagrin : on a perdu du temps contre l'islam radical.
La guerre est déclarée ! C'est le mot "guerre" qu'il faut prononcer. »