Réflexion pragmatique

Les « événements CHARLIE » récents obligent à se questionner, imposent de faire le point et conduisent à tenter de comprendre le pourquoi.

Incontestablement, il semble  légitime d’attribuer ces méfaits à des religieux, fanatiques, excessifs, intransigeants, . . .  mais néanmoins,  quand même et malgré tout . . . religieux !

Mon esprit, quelque peu cartésien, me pousse, dans un premier temps, à me remémorer, simplement,   les grands faits qui ont marqué  l’histoire et engendré l’évolution de nos sociétés depuis le début de l’ère dite judéo-chrétienne.

Pour ne retenir que les principaux, et faire au plus simple, il est impossible de passer sous silence les nombreux mouvements  pour le moins vindicatifs qui avaient pour objectifs la maitrise spirituelle d’une part et la recherche démesurée d’une puissance matérielle, d’autre part. 

Les croisades, par exemple,  n’avaient pas d’autres objectifs.

Le balancier universel fait son œuvre et pour les ultras intégristes  se revendiquant d’une religion concurrente  à celle jadis déclarée « vainqueur »  il y a quelques siècles, . . . l’heure  de la revanche a sonné !

Le feu couvait depuis des décades. Mais voilà, le repos du guerrier a laissé faire.    Quoi de plus logique ?

Aujourd’hui, les moyens d’attaque  virtuels ainsi que la panoplie des armes les plus guerrières technologiquement  sont à portée et facilement accessibles par tout un chacun.

Et donc,  un  nouveau massacre recommence.

Comment l’arrêter ? Est-il possible d’enrayer un processus pratiqué par des êtres avides de pouvoir, prêts à utiliser tous moyens, voire les plus barbares,  pour atteindre leur « graal » ?

Si j’admets volontiers le statut de pratiquant d’une religion quelle qu’elle soit, même si ce n’est pas « ma tasse »  préférée, je n’ai aucune confiance en ces religieux professionnels, ceux qui en font un métier souvent lucratif avec pour but ultime,  un pouvoir non partagé, dominateur et donc exclusif.

Comment admettre que les potentats les plus influents de quelque obédience dogmatique que ce soit n’utilisent pas toutes les astuces, tous les trucs et moyens pour y parvenir ? S’ils ne le font pas, l’adversaire le fera . . .  et gagnera !

Comment penser que le prosélytisme religieux à tout prix  cesse par tolérance, courtoisie et philanthropie ?

Comment imaginer que les promesses imbéciles faites par chaque « pro » de la chose cessent et puissent calmer les enthousiastes effrénés, les gogos et victimes de ces mensonges grossiers ?

Comment faire confiance à ces techniques trompeuses qui séduisent si bien les esprits faibles et naïfs, malheureusement majoritaires en ce bas monde ?

Comment envisager la disparition des concepts dogmatiques, ferments de conflits mondiaux alors qu’ils sont pratiqués, à titre de cours,  jusque dans les écoles . . . laïques, officielles et à priori indépendantes de toute appartenance religieuse ?

Tout au contraire,  on admet, en nos seins, tout l’opposé  ! Ne sommes-nous pas en présence d’écoles religieuses, juives, musulmanes, catholiques, . . .où , ne nous en cachons pas, il n’est certes pas question de tolérance vis-à-vis de  l’autre,  et qui sont par définition  concurrentes, voire adversaires si pas ennemies ! On se garde bien de le dire !

Permettre ainsi d’y entretenir et promouvoir les seules  « vérités vraies », parfois contradictoires, souvent fondamentalement opposées en terme de finalité, injustifiables, incontrôlables, non avérées et issues d’une inventivité parfaitement spéculative, . . .  C’EST SE TIRER UNE BALLE  (une rafale !) DANS LE PIED . . .  avec une kalachnikov !  Non ?